Stop Corruption

Français | Arabe

Partenaires

Envoyer Imprimer PDF

Instance Centrale de Prévention de la Corruption (ICPC), chef de file

L’Instance Centrale de Prévention de la Corruption a été instituée auprès du Premier Ministre par Décret du 13 mars 2007. Son Assemblée Plénière a tenu sa première réunion en janvier 2009.

Ses missions : Coordination des politiques de prévention de la corruption, supervision des politiques et suivi de leur mise en oeuvre, recueil et diffusion des informations dans ce domaine.

Ses attributions :

- Proposer au gouvernement les grandes orientations et les mesures pratiques d’une politique de prévention de la corruption ;

- Proposer des mesures de sensibilisation et organiser des campagnes d’information ;

- Assurer le suivi et l’évaluation des mesures prises pour la mise en oeuvre de la politique de prévention de la corruption ;

- Collecter les informations et gérer la base de données relatives à la corruption ;

- Informer l’autorité judiciaire des faits portés à sa connaissance et susceptibles de constituer des actes de corruption.

Vision de l’ICPC par rapport au projet :

La réception des plaintes, le traitement et la transmission aux autorités judiciaires est l'une des principales missions de l'ICPC. Consciente de la nécessité d'encourager les différents acteurs à dénoncer les actes de corruption, l’Instance a mis en place, avec ses partenaires, le portail www.stopcorruption.ma. Ce portail constitue un véritable outil à la disposition des entreprises pour dénoncer les actes et tentatives de corruption dont elles pourraient être victimes ou témoins.

La protection des témoins et des dénonciateurs étant au coeur des préoccupations de l'ICPC, la dénonciation se fait via une plateforme totalement sécurisée, afin que toutes les informations restent confidentielles et que le dénonciateur ne soit pas obligé de révéler son identité.
Ce portail constitue une intiative pionnière, non seulement par sa nature, mais aussi par l'approche participative adoptée par l'ICPC pour sa mise en place.

l’Agence Nationale pour la Promotion de la Petite et Moyenne Entreprise (ANPME) ; co-initiateur du projet

Instrument opérationnel des pouvoirs publics en matière de développement des PME, l’Agence Nationale pour la Promotion de la Petite et Moyenne Entreprise (ANPME) est au coeur du dispositif marocain d’appui aux entreprises.

A travers ses programmes ciblés (Imtiaz et Moussanada), l’ANPME agit pour la croissance des PME et le renforcement de leur productivité.

Ces programmes s’inscrivent dans le cadre du contrat programme 2009-2015, relatif au Pacte National pour l’Emergence Industrielle (PNEI). Ce dernier, signé en 2009 sous le Haut Patronage de SM le Roi Mohammed VI, scelle les engagements des différents opérateurs économiques pour le développement de l’industrie marocaine et représente un gage de bonne exécution des mesures proposées et de leur financement.

La mise en place du portail national www.stopcorruption.ma co-initié par le Ministère de l’Industrie, du Commerce et des Nouvelles Technologies / l’ANPME et l’ICPC, en collaboration avec la CGEM, le Ministère de la Justice, le Ministère des Affaires économiques et Générales et avec l’appui technique de la GTZ, vient en application de la mesure 73 du PNEI et contribue à enrichir le dispositif gouvernemental de prévention et lutte contre la corruption. Et ce, pour un climat des affaires favorable au développement des entreprises et à l’encouragement de l’investissement productif national et étranger, principale source de la croissance de l’économie et de la création d’emploi.

CGEM Confédération Générale des Entreprises du Maroc (Commissions PME et Ethique)

Donner l’alerte ou faire du “whistleblowing”… voilà ce à quoi nous invitons nos entreprises aujourd’hui. La prévention contre la corruption passe certes par des engagements et des actions de l’Etat, du secteur privé et de la société civile, mais également par des actes de résistance de chacun d’entre nous et de chacune de nos entreprises.

Le dispositif que nous lançons, met à leur disposition et plus particulièrement à la disposition des PME, un canal d’alerte sécurisé et innovant. D’un contenu technologique avancé, il permet de protéger le dénonciateur tout en prenant en charge l’objet de sa dénonciation.

L’engagement de la CGEM dans ce projet exprime la volonté du secteur privé marocain d’associer ses efforts à ceux des Pouvoirs Publics et de la société civile pour promouvoir l’intégrité et la transparence dans notre pays.

GTZ, l’appui technique

Le programme TAM PME-TPE a été lancé officiellement en octobre 2009 pour une période allant jusqu’à septembre 2012. Il est le fruit d’une coopération maroco-allemande dont le coordinateur national est le Ministère des Affaires Economiques et Générales – MAEG. IL s’inscrit dans le pôle développement économique durable de la Coopération technique allemande (GTZ), et a pour objectif que les Très Petites Entreprises (TPE) et PME marocaines, ayant profité de l’offre de services, augmentent leur croissance et réalisent des impacts positifs sur l’emploi.

L’appui au lancement du portail www.stopcorruption.ma rentre dans le cadre de la composante 3 du programme TAM PME-TPE. Cette composante est menée en parfaite coordination avec l’ANPME et agit pour l’adaptation des services d’appui aux TPE et PME. Le portail www.stopcorruption.ma sera un des services connexes que le programme appuie au profit de la TPE et la PME marocaines.

Ministère de la Justice

Le nombre de partenaires est amené à se développer rapidement dès le lancement du portail.

 
Joomla Templates and Joomla Extensions by JoomlaVision.Com