Stop Corruption

Français | Arabe

« Stopcorruption.ma » : Un mouchard contre les corrompus

L’Instance centrale de prévention de la corruption lance le 29 novembre, en partenariat avec la coopération allemande, le premier site web dénonciateur de la corruption.

L’Instance centrale de prévention de la corruption (ICPC), en partenariat avec le ministère de l’Industrie, du commerce et des nouvelles technologies à travers l’Agence nationale pour la promotion de la petite et moyenne entreprise (ANPME), la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM), le ministère de la Justice et le ministère des Affaires économiques et générales lancent, avec l’appui de la Coopération technique allemande (GTZ), le premier portail de dénonciation de la corruption : www.stopcorruption.ma.

Le portail sera lancé le 29 novembre à Casablanca, au siège de la CGEM, en signe de l’implication du monde des affaires et de l’économie dans la nouvelle politique de transparence et de lutte contre la corruption sous toutes ses formes.

Selon l’ICPC, ce portail mutualisé d’information, dédié aux PME, est un point de contact pour recueillir les informations relatives à des actes, des pratiques et des tentatives de corruption ou d’incitation à la corruption dans le cadre de marchés publics ou d’opérations d’investissement. Ce portail se veut également un outil de promotion des règles de bonne gouvernance et de concurrence loyale dans l’environnement des affaires.

Inspiré de plusieurs expériences réussies en Allemagne, en Indonésie et au Kenya, www.stopcorruption.ma pourrait être accessible à partir des sites des ministères et entreprises publiques qui souhaiteraient se mobiliser pour lutter contre la corruption.

Le portail «stopcorruption» comporte en outre une fonctionnalité sécurisée autorisant la dénonciation en ligne - éventuellement anonyme - de tout acte, pratique ou tentative de corruption dont les PME pourraient être victimes ou témoins.

Cette initiative s’inscrit dans la dynamique enclenchée par le Maroc pour renforcer son système national d’intégrité. L’implication de l’ensemble des parties prenantes traduit la démarche participative adoptée par l’ICPC pour faire face à ce fléau, a annoncé l’Instance, mardi dans un communiqué.

 
Joomla Templates and Joomla Extensions by JoomlaVision.Com